A en voir les écriteaux qui ornent les parois des bus ou des trains de Thaïlande, les moines bouddhistes sont les plus respectés de la population : ils ont par exemple leurs places réservées à l’avant des transports. Par ailleurs, nombre de temples et monuments touristiques sont à caractère religieux. Voici un petit tour de la présence religieuse en Thaïlande et de son histoire.

Une répartition favorable au bouddhisme

La plupart des thaïlandais sont bouddhistes. Pour être plus précis, plus de 90% de la population est de confession bouddhiste, et se conforme aux règles et préceptes de la religion (plus d’informations sur http://www.info-thailande.fr/culture/la-religion.html). La seconde grande famille religieuse, mais très faible en proportion relativement à la précédente, est la religion musulmane.
Les croyants et lieux de cultes musulmans sont plus répandus au Sud de la Thaïlande, du côté de Narathiwat et Pattani par exemple où une communauté malaise importante réside.

Un bouddhisme dominant : celui de l’école Théravada

Il faut savoir que plusieurs familles de bouddhismes existent, celui de la Thaïlande est prédominé par l’école Théravadat qui provient du Sri Lanka. En quelques mots, cette section du bouddhisme est ancienne, elle réside sur les acquis et croyances des ancêtres et prône une vie permettant d’atteindre le plus haut degré de réalisation spirituelle. A cette grande école qui fait presque l’unanimité, s’ajoutent influences hindoues (que la Thaïlande partage avec le Cambodge depuis longue date) et les croyances venues de Chine et liées à l’histoire.

Les attributs des religions en Thaïlande : temples et rites

De façon similaire au reste de l’Asie du Sud est, les temples ont donc une même structure et architecture avec ce style d’accumulation d’icones et reliefs comme ces toits pointus revêtus de feuilles d’or (les « stupas »). Par contre, la langue religieuse en Thaïlande diffère, il s’agit du pali qui est utilisé pour les textes religieux, prières et rituels mais que peu de locaux maîtrisent réellement. Enfin, le calendrier thaïlandais est régulé par les fêtes Bouddhistes comme le nôtre l’est par les fêtes chrétiennes. Makha Puja par exemple commémore le premier serment de Bouddha lors de la pleine lune de février ; ou encore Songkran à la mi-avril qui signe le nouvel an thaï et qu’il fait bon de vivre si l’on a la chance d’être sur place à ce moment là pour se rendre compte de l’apport de la religion dans la culture thaïlandaise dans sa globalité.

Share.

Comments are closed.