Comment apporter du soutien à ses enfants lorsqu’ils sont victimes de racket ?

Si votre enfant se confie à vous sur le sujet du racket et qu’il dit en être la victime, alors très vite vous pouvez paniquer et ne pas savoir quoi faire. Des solutions existent, vous n’êtes pas seul et votre enfant non plus. Il n’y a pas de mode d’emploi de la réaction, mais vous pouvez toujours trouver quelques pistes coups de pouce.

Être présent : ce qu’il y a de plus important

Vous l’avez peut-être remarqué vous-même par la disparition de certains objets de valeur ou d’argent à la maison ; ou bien alors c’est votre enfant qui est venu directement se confier à vous. Quel que soit le cas, votre enfant a besoin de vous plus que jamais. Votre présence à ses côtés est le soutien le plus important que vous puissiez lui apporter. L’écoute fait en effet partie de ce qui soulagera le poids qu’il porte suite à ces agressions dont il est victime.

Car le racket est une agression. Menaces à répétition, pression psychologique, bref quelque chose de très lourd à porter pour un enfant qui peut vite se sentir démuni. Il ne faut alors pas hésiter à le questionner sur le sujet : depuis quand se fait-il racketter, qui sont ceux qui se permettent cela, etc.

Le recours qui rendra la chose concrète et qui fera réaliser à votre enfant ou votre adolescent que le problème existe vraiment est la justice. En effet, le racket est un délit, et porter plainte est totalement légitime.

Ne pas hésiter à demande de l’aide

Bien sûr, nous ne possédons pas toutes les armes pour accompagner notre enfant dans cette épreuve. Il faut donc trouver le courage d’avoir recours à une aide psychologique. Vous trouverez une liste de cabinets de psychologie à Paris avec les spécialités des psychologues afin de choisir au mieux le praticien dont votre enfant a besoin.

Il ne faut pas sous-estimer les séquelles possibles. De plus, votre enfant découvrira une autre manière de se battre que la violence : par le travail de thérapie, il remontera la pente sans coups ni blessures.

Attention, en dehors du racket, d’autres formes de harcèlement existent et elles doivent être prises en compte de la même manière. Repérer les signes est difficile, n’hésitez pas à faciliter la communication dès son plus jeune âge afin d’installer un climat de confiance dans lequel il pourra se confier.