Comment organiser des funérailles ?

La mort survient généralement de manière impromptue. Toutefois, on ne peut se soustraire aux obligations qui résultent de la perte d’un être cher, comme l’organisation des funérailles. Pour les proches du défunt, qui passent par des moments difficiles, cela représente généralement un enjeu de taille : par quoi commencer ? Qui contacter ? Et combien cela va-t-il coûter ? Autant de questions auxquelles nous apportons des réponses dans cet article.

Les dernières volontés du défunt

Les dernières volontés du défunt peuvent avoir été confiées à un notaire ou déposées auprès d’une personne de confiance. Il peut s’agir, par exemple, de l’épitaphe à rédiger sur la plaque pour tombe. La famille devra alors se conformer à ses dernières volontés sous peine de sanctions pénales (jusqu’à 6 mois d’emprisonnement et une amende de 7500 €).

En l’absence d’un document dans lequel il est mentionné les dernières volontés du défunt, il revient à sa famille d’organiser les obsèques. S’il appartient au juge du tribunal judiciaire de trancher un désaccord qui survient pendant cette période, il faut d’abord obtenir une assignation par huissier ou disposer d’une requête déposée au greffe du tribunal.

Inhumation ou crémation ?

Il existe différentes techniques funéraires. Mais celles qui sont autorisées en France sont l’inhumation et la crémation. Si l’inhumation, communément appelée enterrement, est choisie par la majorité des Français, la crémation se pratique de plus en plus. Mais en quoi consistent ces deux modes de sépulture ?

L’inhumation est le fait de déposer le cercueil d’un défunt en pleine terre ou dans un caveau aménagé dans le sol à cet effet. Cette technique funéraire qui doit être conduite suivant les rites juif, musulman ou catholique a souvent lieu dans un cimetière. Mais il peut aussi se faire sur un terrain privé avec une autorisation préfectorale.

La crémation, quant à elle, consiste à brûler et à réduire en cendres le corps du défunt. Ces dernières sont ensuite placées dans une urne et remise à la famille pour sa destination finale. Si plusieurs options sont possibles, certaines sont plus utilisées que d’autres. Il s’agit de :

  • Dépôt de l’urne cinéraire dans une case de columbarium.
  • Dispersion dans le jardin du cimetière ou du crématorium.
  • Dispersion dans la nature ou en pleine mer (hors voies publiques et navigables) après déclaration auprès de la mairie de naissance du défunt.

Un acte de crémation doit se faire dans un établissement spécifique : le crématorium. Elle n’est effectuée que sur autorisation du maire du lieu de décès ou du lieu de la mise en bière en cas de transfert du corps.

En matière de coût, une crémation est en moyenne 8 % plus chère qu’une inhumation. Mais il est possible de bénéficier d’aides financières dans certains cas. Les établissements qui octroient ces aides sont :

  • Banques
  • Compagnies d’assurance
  • Caisse de sécurité sociale
  • Caisse de retraite
  • Mutuelle de la personne décédée

Si le défunt est sans ressources ou encore sans attaches, la commune prend en charge l’entièreté des frais d’inhumation ou de crémation.

Le choix de l’entreprise de pompes funèbres

Si aucun contrat n’a été passé auprès d’un opérateur pour organiser les obsèques, la famille du défunt est libre de choisir le prestataire qui lui convient le mieux du moment où celui-ci dispose d’un agrément officiel. Une liste des entreprises de pompes funèbres habilitées est mise à la disposition des familles pour consultation dans les chambres funéraires, les mairies, etc.

L’entreprise sélectionnée est tenue de soumettre un devis qui reprend tous les détails de la prestation. Elle doit y inscrire les prestations obligatoires ainsi que celles dites « optionnelles » de même que les tarifs de chacune d’elles.

Les prestations obligatoires

Elle prend en compte la fourniture d’un cercueil de 22 mm d’épaisseur, d’une garniture étanche, de quatre poignées ainsi que d’une plaque d’identité. La prestation comprend aussi l’inhumation ou la crémation ainsi que le véhicule pour le transport du corps.

Les prestations facultatives

Il s’agit de toutes les démarches administratives telles que le séjour dans la chambre funéraire, les soins de conservation du corps, la fourniture des fleurs et porteurs, l’établissement des faire-part, etc.

Avant de signer un contrat avec une entreprise de pompes funèbres, il est important d’établir plusieurs devis. Cela permet d’évaluer le prix et de comparer les offres entre elles, car les tarifs pratiqués ne sont pas toujours les mêmes. Certaines entreprises funéraires proposent des formules d’obsèques avec des prestations limitées pour des tarifs bien supérieurs à la moyenne.

En cas de doute par rapport au service qui vous est proposé, vous pouvez faire appel à l’association française d’informations funéraires. Cette association est complètement indépendante et non payante.

Vous pouvez aussi opter pour les comparateurs. Mais il faudra cependant vous montrer très prudent. Si vous êtes assuré de bénéficier du meilleur rapport qualité/ prix, les tarifs affichés sont généralement assez élevés. De nombreuses entreprises locales pratiquent des prix plus abordables.

Click Here to Leave a Comment Below

Leave a Reply: