Comment soigner l’incontinence urinaire ?

L’incontinence urinaire se caractérise par des fuites d’urines incontrôlables et involontaires. Les causes sont multiples, et c’est seulement le médecin ou l’urologue qui pose un diagnostic, confirme le type d’incontinence et propose des solutions adaptées. L’incontinence urinaire se soigne bien, mais le traitement dépend de son origine et de sa gravité. Selon le cas, le professionnel de santé peut indiquer une rééducation du périnée, des traitements médicamenteux ou une opération chirurgicale.

Les différents types d’incontinence urinaire

On trouve 3 types d’incontinence.

  • L’incontinence d’effort: Les fuites ne sont pas précédées par le besoin d’uriner. Elles surviennent suite à un effort, même minime comme le simple fait de tousser, de rire, d’éternuer… toutes les activités qui demandent une pression sur l’abdomen.
  • L’incontinence par impériosité: Les fuites urinaires sont précédées d’un besoin urgent et incontrôlable d’uriner. Il est donc impossible de retenir l’envie pressante d’aller aux toilettes. C’est la vessie hyperactive.
  • L’incontinence mixte : Elle se divise en 2 parties :

L’incontinence fonctionnelle : Elle est liée à l’âge et à la perte de vigueur des muscles du périnée ainsi qu’au relâchement du sphincter. Le tout est accompagné par le problème de mobilité pour aller aux toilettes.

L’incontinence par regorgement : Les fuites incontrôlées sont causées par le phénomène de trop-plein de la vessie. Ça s’explique par l’existence d’un obstacle à sa vidange. Le patient a du mal à uriner, et sa vessie ne se vide pas entièrement.

Les traitements de l’incontinence urinaire

À part le port de Couches adulte, pour la prise en charge de la maladie, le médecin se fiera au type d’incontinence afin de trouver le traitement adapté.

  • Les traitements médicamenteux: Pour l’incontinence impérieuse, le professionnel de santé prescrit des médicaments qui diminuent les contractions de la vessie. Ils ont des effets tranquillisants sur l’activité vésicale. On parle des traitements anticholinergiques qui baissent l’envie permanente d’uriner. Toutefois, ces antispasmodiques ont différents effets secondaires comme les vertiges, la sècheresse buccale, la constipation…
  • La rééducation du périnée : Les techniques de rééducation permettent de renforcer les muscles du périnée et la capacité de la vessie à contenir l’urine, et elles marchent très bien en cas d’incontinence par l’effort et l’incontinence mixte. Elles complètent aussi les traitements médicamenteux en cas de vessie hyperactive. La rééducation est réalisée par un kinésithérapeute, et plusieurs techniques sont utilisées (manuelle, électrostimulation et biofeedback). Le résultat se voit après 15 ou 20 séances. Si le patient souffre d’une incontinence par l’effort, il peut faire entre les séances de l’auto-rééducation.
  • L’intervention chirurgicale : La chirurgie est envisageable si les traitements médicamenteux et la rééducation des muscles du périnée ne donnent pas des résultats satisfaisants, mais il faut le bilan et l’avis d’un urologue. L’intervention consiste à replacer la vessie, à l’agrandir ou même à l’enlever si elle fait obstacle au fait d’uriner. Plusieurs techniques chirurgicales existent, et le choix repose sur le mécanisme de l’incontinence : la mise en place d’un sphincter urinaire artificiel, l’injection péri urétrale d’agents comblant, la mise en place de bandelettes sous-urétrale comme support de l’urètre lors de l’effort ou implants de renfort ou la mise en place de ballons ajustables pour comprimer l’urètre à sa sortie de la vessie.

Dans la plupart des cas, l’état de la personne souffrant d’incontinence urinaire s’améliore, il arrive même que la maladie disparaisse complètement. Cependant, ça dépend de l’état de santé, de la cause de l’incontinence et de la motivation.

Click Here to Leave a Comment Below

Leave a Reply: